Renault Symbioz : le concept-car devenu réalité

Bien vivre en autonomie avec la Renault Symbioz

Vous vous souvenez de la Renault Symbioz, ce concept-car étonnant présenté à Francfort ? Il est de retour sous une forme plus concrète appelée Symbioz Démonstrateur. Comme son nom l’indique, il s’agit d’un véhicule de démonstration qui a été développé pour permettre à la presse de le tester en conditions réelles. L’occasion d’en apprendre davantage sur la Renault Symbioz, la voiture où il fait bon vivre.

Vivre la voiture : le concept de la Renault Symbioz

Dévoilée au Salon de l’Automobile de Francfort de 2017, la Renault Symbioz n’a laissé personne indifférent à l’époque. Bien plus qu’un simple concept-car, ce prototype futuriste se considère lui-même comme étant une nouvelle pièce de vie, l’extension d’une habitation. La Symbioz permet ainsi à Renault de renouer avec son célèbre slogan des années 1980 : Des voitures à vivre.
Pour permettre aux automobilistes de vivre leur véhicule, la Renault Symbioz affiche un style légèrement futuriste. Prenant la forme d’une longue berline basse, elle dispose d’une grande calandre qui entoure le logo Renault ainsi que de feux ressemblant à des crochets. La Symbioz fait aussi la part belle aux vitres puisque son toit en est exclusivement constitué, pouvant même donner l’impression qu’il n’y a pas de montants. Rajoutez à cela un immense pare-brise en forme de bulle et des portes papillon à ouverture antagoniste, et vous obtenez une berline pour le moins dynamique et aérienne.
Mais c’est une fois à l’intérieur de la Renault Symbioz que le concept prend tout son sens. Les passagers se retrouvent en effet face à un très grand habitacle pour 4 personnes. Tout comme dans la maison, ce sont des matériaux nobles qui sont utilisés, tels que le marbre, le bois ou même la porcelaine. Ultra lumineux grâce aux baies vitrées, l’habitacle se veut aussi très technologique. Écran tactile OLED à l’avant, écrans tactiles sur la ceinture de sécurité pour contrôler la musique et la climatisation, volant escamotable… autant de preuves de la connectivité et de l’ingéniosité du concept-car français. Parce que la Renault Symbioz est une voiture à vivre, elle laisse la possibilité de tourner les deux sièges à l’avant afin de créer un petit salon en mode autonome (non proposé par le Symbioz Démonstrateur).

Renault Symbioz : bienvenue chez vous

En plus d’être belle à vivre, la Renault Symbioz ambitionne d’être une véritable extension de la maison. Fort d’un résultat record au 1er semestre 2017, Renault avait décidé de se donner les moyens pour illustrer les possibilités de son concept-car. Pour ce faire, le stand consacré à la Symbioz au Salon de l’Automobile de Francfort prenait la forme d’une maison. Grâce à un système d’élévation, la berline futuriste pouvait se déplacer dans différentes pièces afin de montrer ses interactions possibles avec l’habitat. L’objectif de Renault : donner l’impression de ne jamais quitter son salon lors de ses déplacements. Et lorsque l’automobiliste est chez lui, faire de Symbioz un deuxième salon.
La force de la Renault Symbioz est aussi d’interagir intelligemment avec la maison. Pour cela, les usagers peuvent contrôler certains équipements du domicile depuis le concept-car, tels que l’éclairage, le chauffage ou les appareils multimédias. Autre fonctionnalité ingénieuse : la Renault Symbioz et l’habitat peuvent partager leur énergie afin de recharger l’une et de répondre aux besoins en électricité de l’autre. Grâce à cette interconnexion, voiture et habitation sont en mesure de se reconnaitre et d’anticiper leurs besoins réciproques. Autant d’éléments qui jouent à ce que la Renault Symbioz et la maison ne fassent plus qu’un au quotidien.

Symbioz : le futur autonome de Renault dès aujourd’hui

Au même titre que la Waymo de Google, la Renault Symbioz veut incarner le futur de l’automobile. Raison pour laquelle la marque aux losanges a vu les choses en grand. Le concept-car embarque deux moteurs électriques, entrainant les deux roues arrière. En théorie, le ceoncept développe une puissance de 500 kW, soit près de 680 chevaux, et un couple de 660 Nm. Quant aux batteries de 72 kWh, il est possible de les recharger à 80% en seulement 20 minutes par induction. Côté performances, la Renault Symbioz revendique un 0 à 100 km/h en moins de 6 secondes et une autonomie de plus de 500 kilomètres sur autoroute.
Bien que tout cela ne soit que théorique pour le moment, la Renault Symbioz se veut malgré tout plus qu’un prototype. Sa première vocation est d’ailleurs d’être une inspiration pour le design des futurs modèles Renault, et tout particulièrement de la prochaine Clio 5. Mais la Symbioz nous éclaire également sur la vision que Renault a de l’automobile d’ici 2030 : autonome et électrique. Pour le prouver, le constructeur hexagonal a invité la presse à tester une version simplifiée du concept-car, le Symbioz Démonstrateur. C’est donc début décembre que la Symbioz a pu montrer ses talents. Grâce à une autonomie de niveau 4, elle a démontré qu’elle pouvait tout gérer par elle-même : les distances, les freinages et les accélérations, les dépassements comme les rabattements. Grâce à de multiples capteurs, cette voiture autonome peut aussi gérer les imprévus et réagir face à un obstacle, tout en laissant la possibilité au conducteur de reprendre la main. Lors du test avec la presse, la Renault Symbioz s’est mesurée à l’autoroute durant des périodes de 15 minutes, en conditions réelles. Pour couronner le tout, Renault avait prévu de faire enfiler un casque de réalité virtuelle aux usagers de la voiture afin de rendre l’expérience plus étonnante encore. Le résultat ? Le conducteur devient passager et oublie même totalement qu’il est en voiture.
S’il est vrai qu’il y a encore certains bugs, Renault reste malgré tout confiant pour l’avenir. Toutefois, le constructeur entend proposer la conduite 100% autonome uniquement sur autoroute pour le moment, là où la voiture autonome d’Uber roule déjà en ville par exemple. Il ne nous reste plus qu’à attendre 2023 pour que la Renault Symbioz, ou les technologies qu’elle embarque, fassent leur apparition sur nos routes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *