Quel futur pour les voitures diesel ?

Dans certaines grandes villes d’Europe, les voitures diesel sont devenues la bête noire des politiques en place. En témoigne notamment la déclaration de la maire de Paris, Anne Hidalgo, il y a quelques mois, qui souhaitait voir disparaitre les voitures diesel d’ici 2020.

Au Royaume-Uni, même débat. Le comité d’audit de l’environnement a suggéré de mettre en place un projet de mise à la casse pour les voitures à moteur diesel afin d’accélérer le renouvellement du parc, ils ont entre autres proposé des modifications fiscales  qui  avaient pourtant jusqu’à aujourd’hui  favorisé le diesel sur l’essence en raison de son impact CO2 moins importante.

L’utilisation du diesel, dont la consommation a longtemps été encouragée, est aujourd’hui remise en question en raison de la diminution de la qualité de l’air dans les villes.

Les voitures diesel : quelques idées toutes faites

Constituant 60% du parc des véhicules français, les véhicules diesel sont très répandus en France. Avec le débat sur la remise en question du diesel qui a surgi ces dernières années, le journal du nouvel obs a analysé en 2014, 6 idées reçues en France sur le diesel, dans l’opinion publique et les politiques.

  • « Un véhicule diesel est plus polluant qu’un essence » – VRAI
  • « Un diesel avec un filtre ne pollue pas plus qu’un essence » – Plus ou moins VRAI
  • « Le diesel est responsable de 40.000 morts par an » – FAUX
  • « Un diesel coûte moins cher qu’une essence » – Plus ou moins VRAI
  • « Un diesel est plus performant » – VRAI
  • « Attaquer le diesel, c’est attaquer le made in France » – VRAI

Comment réagissent les constructeurs ?

Malgré que le diesel ne soit pas pour eux la fin ultime, les constructeurs continuent de le défendre. Les voitures diesel représentent encore aujourd’hui 70% des ventes en France et 55% en Europe, bien que ces chiffres tendent à baisser au fil des années. Le CCFA, le Comité des Constructeurs Français d’Automobile a prévu que cette proportion passera à 50% en 2020.

Renault et PSA de leur côté se défendent de ces attaques sur le diesel. Le groupe PSA a en effet mis en avant tous les efforts fournis ces dernières années en R&D pour rendre leurs moteurs moins polluants. Selon le groupe, ces derniers développements auraient permis de réduire de 99% les émissions de particules, et de 98% celles des NOX, l’oxyde d’azote (gaz à effet de serre).

Voitures diesel et particules fines – attention aux amalgames

Pour le CCFA, la meilleure solution pour améliorer la qualité de l’air passe en priorité par une action sur le parc automobile ancien. Il déclare en effet avoir toujours été favorable au renouvellement accéléré du parc automobile ancien car la performance des nouveaux véhicules répond aux dernières normes diesel européennes, qui sont parmi les plus sévères au monde.

Selon eux, la maire de Paris, dans ses déclarations, ne fait aucune distinction entre les voitures diesel anciennes et les voitures diesel modernes équipées des dernières technologies de dépollution afin de respecter les normes européennes, les normes Euro 5/6. Ils préconisent donc de se concentrer en priorité sur les véhicules diesel non équipés de filtres à particules fermés qui représentent 2/3 du parc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *