L’électrique pour tous : l’ambition de Volkswagen pour 2025

  1. L’électrique pour tous : l’ambition de Volkswagen pour 2025

Source image : www.automobile-propre.com

Volkswagen veut inventer l’Electric for All

Bien qu’il n’était pas présent au Mondial de l’Auto 2018, Volkswagen pense lui aussi à l’avenir. L’objectif du constructeur allemand : vendre 1 million de voitures électriques chaque année à partir de 2025. De quoi transformer un marché de l’électrique qui peine à décoller ? Éléments de réponse.

L’avenir sera électrique pour Volkswagen

Si le dieselgate n’a pas eu de réel impact sur les ventes de Volkswagen, toujours solide leader en Europe avec près d’un quart du marché, cette affaire a certainement eu une autre conséquence : celle d’accélérer le virage électrique entrepris par le constructeur allemand. Volkswagen a en effet annoncé mettre les bouchées doubles pour atteindre les objectifs définis par Roadmap E, sa stratégie à long terme pour devenir le leader mondial de l’électrique et de l’hybride d’ici 2030.
Pour atteindre cet objectif, l’entreprise prévoit d’investir 70 milliards d’euros. La quasi totalité de cette somme sera consacrée à la production de batteries, notamment via des efforts de recherche et de développement et des partenariats avec des entreprises impliquées sur le sujet. D’ici 2030, l’ambition de Volkswagen est même de proposer une déclinaison plus propre pour chacun de ses 300 modèles actuels.
Entre temps, l’Allemand espère bien lancer sa future gamme électrique à partir de 2020, baptisée ID. L’objectif est de réaliser un million de ventes annuelles de voitures électriques (VE) à l’horizon 2025. Un chiffre qui est élevé et, en même temps, qui paraît faible puisque la marque vend plus de 10 millions de véhicules chaque année. Pour parvenir à ce résultat, Volkswagen compte créer le véhicule électrique pour tous, dont le premier prix devrait osciller autour de 25 000€ (sans compter le bonus écologique), soit moins qu’une Golf diesel 2.0 TDI. Un pari osé, d’autant plus lorsqu’on sait que la voiture électrique peine encore à séduire.

MEB, une plateforme innovante et modulaire

Pour donner vie à son nouveau slogan, Electric for All, Volkswagen vient de présenter la plateforme dédiée à la gamme électrique ID. Baptisée MEB, elle devrait à terme équiper 27 modèles différents. Au total, c’est donc une production de 10 millions de véhicules électriques que le constructeur ambitionne.
Spécialement imaginée pour les VE, la MEB est une plateforme modulaire électrique. Contrairement à la MQB, la structure technique qui a servi à la fabrication de plus de 55 millions de véhicules thermiques, cette nouvelle plateforme fait preuve d’innovation. Grâce à des porte-à-faux réduits, des roues placées aux extrémités et un empattement très long, elle offre une importante habitabilité. On remarque aussi que les essieux sont installés aux bords, notamment car aucun espace n’est prévu pour accueillir un moteur thermique. Preuve que la MEB ne servira pas pour les hybrides rechargeables. Pour un même gabarit, les véhicules électriques Volkswagen parviendront ainsi à offrir davantage d’espace intérieur que les modèles actuels. La MEB se distingue également par son centre de gravité bas, dû en grande partie à la batterie installée au niveau du soubassement. Ajoutez à cela une parfaite répartition des masses et vous obtenez une plateforme qui devrait offrir un excellent comportement sur route.

Des véhicules électriques à propulsion

Sur certains points, la plateforme MEB a toutefois de quoi surprendre. C’est tout particulièrement vrai en ce qui concerne son architecture. Alors que la plupart des constructeurs font en sorte de réduire le poids de leurs véhicules électriques, notamment en utilisant de l’aluminium, Volkswagen continue à miser sur l’acier haute résistance. De quoi impacter les performances de la gamme ID ?
Le constructeur allemand essaye de nous faire penser le contraire. Bien qu’il soit difficile d’évoquer la puissance des futurs modèles, tant de nombreuses combinaisons sont envisageables, on peut imaginer que le modèle d’entrée de gamme, à savoir l’ID Neo, aura des performances proches du prototype dévoilé en 2016. Il déployait l’équivalent de 170 chevaux. La motorisation est d’ailleurs l’autre singularité de la plateforme MEB. Celle-ci est à propulsion, une première pour le constructeur depuis la célèbre Coccinelle. Toutefois, les modèles avec 4 roues motrices devraient être dotés d’un moteur supplémentaire situé à l’avant. En ce qui concerne la batterie, la marque promet une large gamme d’autonomies possibles selon les modèles, comprises entre 330 et 550 kilomètres selon le nouveau cycle d’homologation WLTP. Un mode de recharge rapide est également prévu.

Une même plateforme pour 4 modèles ID

Deux premiers modèles électriques sont attendus pour 2020 : un SUV inspiré de l’ID Crozz et une berline compacte baptisée ID Neo. Puis ce sera au tour de l’ID Vizzion, une berline très longue, et à l’ID Buzz, un van reprenant les codes de l’incontournable Combi, de débarquer en 2022. Mais c’est tout particulièrement l’ID Neo qui est la plus attendue. Avec son design futuriste et son prix d’appel à 25 000€, la petite berline ambitionne d’être le digne successeur de la Golf. Si sa commercialisation n’est prévue qu’à partir de 2020, les plus pressés pourront la précommander dès 2019.
Pour réussir son pari de créer une « voiture électrique pour tous » (Electric for All), Volkswagen compte d’ailleurs s’appuyer largement sur sa nouvelle plateforme. Bien que les 4 modèles prévus n’aient presque rien en commun, ils embarquent tous la MEB, preuve de sa modularité. L’objectif pour la marque allemande est de réduire considérablement les coûts de production en mutualisant un maximum les technologies. Volkswagen a d’ailleurs annoncé que plusieurs marques du groupe utiliseront cette plateforme, dont Audi, Skoka et Seat. Reste à savoir si les 10 millions d’immatriculations espérées, qui sont indispensables pour diminuer le prix de vente, pourront être atteintes. Pour le constructeur allemand, il ne reste plus qu’à espérer que les craintes environnementales soulevées par l’électrique, notamment à cause de la fabrication des batteries, soient résolues d’ici là. Rendez-vous en 2020 pour se faire une première idée de la réussite ou non de l’Electric for All.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *