Qui se cache derrière l’automobiliste européen en 2015?

Qui se cache derrière l’acheteur de voiture européen? De la proportion des détenteurs de permis de conduire à la perception de la voiture, l’Observatoire Cetelem nous livre son analyse et nous dessine le portait de l’automobiliste moderne à travers le monde.

Le permis de conduire – Une répartition très inégale

La proportion de personnes détentrices du permis de conduire varie fortement d’un pays à l’autre jusqu’à être marginale pour certains pays.

Tout d’abord entre pays développés et pays émergents.  La détention du permis de conduire est bien plus rare dans les seconds. En Europe (moyenne entre l’Espagne, le Royaume-Uni, la France et  l’Allemagne), près de 80% de la population possède le permis de conduire.

Autre critère d’inégalité, l’âge. En Europe, un fossé de plus en plus large existe entre les seniors et les jeunes adultes. Alors que la part de seniors détenteurs du permis de conduire grandit, la proportion des jeunes adultes possédant le permis diminue.

Enfin, les femmes sont de plus en plus représentées dans la proportion de la population avec un permis de conduire.

Quel âge a l’acheteur de voiture neuve européen?

En Europe, l’acheteur de véhicule neuf est de plus en plus âgé. Il avait 52 ans en 2012. La raison ?  L’automobiliste de 52 ans posséderait le budget nécessaire pour un véhicule neuf au moment où les enfants quittent le domicile parental.

Les européens du sud, Espagnols, Italiens et Portugais acquièrent quant à eux un véhicule neuf entre 7 et 9 ans plus tôt qu’un Britannique. Les jeunes adultes qui quittent plus tard le domicile familial, ont en effet l’opportunité d’épargner plus d’argent et donc d’être en mesure d’acheter un véhicule neuf.

Cependant, avec la crise économique qui a fait bondir le taux de chômage dans ces pays, notamment en Espagne, l’âge moyen de l’acheteur a également augmenté, repoussant l’âge d’acquisition d’un véhicule neuf.

A l’inverse, dans les pays émergents (Turquie, Chine, Afrique du Sud), les acheteurs sont plus jeunes. Particulièrement en Chine, où l’âge moyen est 35 ans.

Féminisation des acheteurs automobiles

En Europe, nous assistons également à une forte féminisation du profil de l’acheteur de véhicule neuf. Le portrait de l’automobiliste se féminise avec la femme qui correspond maintenant à 31% des acheteurs automobiles.

En Turquie, par contre, les femmes sont toujours moins représentées dans les achats de véhicules neufs.  Ceci s’explique surtout par le fait que seulement 29% des femmes ont une activité professionnelle.

La voiture, objet de convoitise ou utilitaire ?

Les automobilistes associent aujourd’hui plus la voiture à un objet pratique plutôt qu’à un objet de convoitise comme l’en atteste les résultats suivants. Le critère « gain de temps » arrive en première position, suivi par « un moyen de transport indispensable » et enfin « la liberté, l’indépendance ». Enfin, l’on assiste aujourd’hui à une « banalisation » de la voiture, avec 81% des automobilistes qui la perçoivent comme un simple moyen de transport.

Le prix, un critère d’achat mondial

Malgré les différences de perception de la voiture ou encore de diffusion du permis de conduire dans le monde, le prix reste le critère principal pour l’achat d’un véhicule. Viennent ensuite la consommation de carburant puis la sécurité.

Une petite particularité est cependant à noter pour la Turquie, où le critère « consommation de carburant » vient se placer avant le prix.

Comment se décide l’acheteur de voiture ?

web_symbole

L’automobiliste sollicite plusieurs sources d’information avant la décision de l’achat d’une voiture. Si Internet occupe en effet une place importante dans le processus de décision (3ème place), 41% des automobilistes confirment que l’essai de la voiture est déterminant. Viennent en 2ème position les conseils de l’entourage avant la recherche d’informations sur Internet. La recherche sur le site de la marque se positionnera en 5ème position après les sites web automobiles et les conseils de professionnels.

A titre d’exemple, les Polonais comme les Italiens se pencheront plus vers des recherches sur le web, alors que les Belges et les Allemands se tourneront respectivement vers les brochures des constructeurs ou l’essai de la voiture.

La concession automobile – Satisfaction ne rime pas avec fidélité

D’une manière générale, la majorité des automobilistes se disent avoir été bien reçus par les concessions où ils ont acheté leur voiture. La satisfaction client est particulièrement marquée chez les Allemands, les Belges et les Polonais. Les Turcs sont de leur côté un peu moins satisfaits et attribuent une note de 7/10 à leur concessionnaire.

Malgré un taux de satisfaction élevé à l’égard des concessionnaires automobiles, ceci ne veut pas dire que le client sera fidèle. En effet, en moyenne, 7% des automobilistes déclarent qu’ils ne retourneront pas dans la concession.

Nous pouvons donc conclure que malgré certaines différences, notamment au niveau de l’âge, le portrait de l’automobiliste se caractérise par les traits d’un acheteur dont les choix sont principalement motivés par le prix de la voiture. Les mêmes outils d’aide à la décision se retrouveront également un peu partout avec une prévalence pour les essais automobiles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *