Capitaliser sur le FVA, l’ambition du cabinet Bessé

Application du FVA : le cabinet Bessé transforme une contrainte en opportunité

Depuis le 1er janvier 2019, les concessionnaires et les gestionnaires de flotte doivent participer à l’enrichissement du fichier des véhicules assurés (FVA), permettant d’identifier les véhicules non assurés. Ce qui apparaît comme une nouvelle contrainte, le cabinet Bessé a décidé d’en faire une force. En proposant à ses clients des solutions d’automatisation du FVA, pilotables depuis leur DMS, le courtier en assurance compte bien simplifier l’activité des concessions et favoriser leur digitalisation.

Les concessionnaires : premiers acteurs de la mise à jour du FVA

Après l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne et le Royaume-Uni, c’est au tour de la France de mettre en place un fichier des véhicules assurés (FVA) afin d’identifier plus facilement les véhicules en défaut d’assurance. L’enjeu de cette mesure est d’autant plus important que l’ONISR (Observatoire national interministériel de la sécurité routière) estime à 700 000 le nombre d’automobilistes roulant sans assurance au sein de l’Hexagone. Rien que pour l’année 2016, les véhicules non assurés ont été impliqués dans la mort de 235 personnes, soit 7% de la mortalité routière.
Si cette mesure concerne avant tout les automobilistes contrevenants, ainsi que les forces de l’ordre, elle a également un impact sur l’activité des concessionnaires et des gestionnaires de flotte automobile. Ces derniers doivent désormais déclarer tous les véhicules immatriculés déjà en circulation ainsi que les entrées et les sorties d’un véhicule du parc automobile auprès d’un courtier en assurance ou d’un assureur. En cas de négligence, ils s’exposent à une amende de 2 500€, pouvant être minorée à 1 000€ ou majorée à 5 000€.

Pour Bessé, l’enjeu va au-delà de la simple conformité au FVA

Si la mise à jour du FVA par les concessionnaires et les gestionnaires de flotte semble simple en théorie, elle peut vite se transformer en véritable casse-tête. Pourquoi ? Tout simplement car de multiples informations sont à fournir (immatriculation du véhicule, période assurée, etc.), tout en respectant un délai maximal de 72 heures entre la mise en circulation du véhicule et l’intégration des informations à la base du FVA. Une obligation qui s’applique aussi bien en semaine que lors des week-ends et des jours fériés.
Si cette réforme apparait comme une contrainte supplémentaire pour les concessionnaires, eux qui doivent déjà se conformer au RGPD (Règlement général sur la protection des données), le cabinet Bessé a décidé d’en faire une force. Spécialisé dans l’assurance aux professionnels, le courtier sait pertinemment que le parc des concessionnaires est assuré et que le problème ne se situe pas à ce niveau. L’enjeu s’inscrit en réalité dans une démarche plus globale : la digitalisation de la concession et de son activité. Pour Éric Marais, le responsable du back office de Bessé Motors, la branche automobile du cabinet, l’objectif est de développer l’automatisation des process afin d’optimiser et de simplifier la gestion du FVA par les concessionnaires.

Faire de la gestion du FVA une véritable extension du DMS

Pour atteindre ces différents objectifs, le cabinet Bessé s’est impliqué sur la question du FVA dès l’été 2018, plus de 6 mois avant sa mise en application. Grâce à cela, le courtier a pu proposer à ses clients des outils dédiés, déjà prêts au 1er janvier 2019. Les concessionnaires et gestionnaires disposent ainsi de trois possibilités pour se conformer aux directives imposées par le FVA :
– Intégrer les entrées et les sorties de véhicules dans une interface dédiée
– Remplir et déposer un fichier Excel normé dans le compte client
– Utiliser un système d’échange informatisé des données (EDI) permettant un transfert automatique des informations

En plus de représenter 65% du marché, le cabinet Bessé compte 56 des 100 plus importants groupes de distribution automobile comme clients. Face à des flux de véhicules à la fois volumineux et quotidiens, ces derniers plébiscitent le gain de temps permis par l’automatisation de l’intégration des données au FVA. Voilà pourquoi le système EDI a les faveurs d’une majorité de distributeurs.
Preuve que ces outils apportent une vraie valeur ajoutée, l’extranet du courtier recense déjà plus de 60 000 véhicules, un mois seulement après l’entrée en vigueur de la mesure. Mais l’enjeu n’est pas simplement de se conformer au FVA. L’ambition de Bessé Motors est en effet de digitaliser un maximum de prestations liées à la distribution automobile, à l’image de la gestion des sinistres. Pour le garantir, le courtier a travaillé main dans la main avec les principaux fournisseurs de logiciels, dont Datafirst et I’Car System. Dans l’attente du DMS automobile de demain, les concessionnaires peuvent déjà piloter les outils de Bessé depuis leur progiciel métier. En d’autres termes, ces nouvelles fonctionnalités viennent se greffer à l’interface de leur DMS, qu’il s’agisse de DataCar DMS, ERIS Motors ou I’Car DMS. Un moyen pour le courtier de transformer le FVA en service et d’accélérer la digitalisation de ses clients.

Le module FVA m'intéresse

Je souhaite être recontacté

* Champ obligatoire

Le module FVA de DATAFIRST : un outil dédié, pilotable depuis son DMS
En tant que premier éditeur français de logiciels pour la distribution automobile, DATAFIRST propose aujourd’hui trois DMS différents aux concessionnaires pour piloter leur activité : DataCar DMS, ERIS Motors et I’Car DMS. Chacun de ces progiciels métier est désormais équipé du module FVA, une interface permettant la gestion du fichier des véhicules assurés et l’envoi automatique des informations exigées.
Le module FVA offre plusieurs avantages aux concessionnaires :
– Il répond au nouveau cadre légal en permettant de créer un fichier aux normes.
– Il extrait les données du DMS de façon quotidienne et automatique, avant de les transmettre à l’assureur.
– Il permet de sélectionner les informations à transférer.
– Il peut être installé à distance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *