Sécurité routière : non au répressif, oui à la formation

  1. Blog DATAFIRST Sécurité routière 2018
  2. Blog DATAFIRST sécurité routière

L’année 2018 est riche en mesures visant à améliorer la sécurité des usagers et à préserver la planète. Entre le nouveau contrôle technique, la limitation de la vitesse ou encore la restriction d’accès aux centres-villes, les automobilistes voient leur quotidien bouleversé. Selon diverses enquêtes, toutes ces mesures ne sont pas forcément bien accueillies par les principaux concernés. L’occasion de faire le point sur les attentes des Français en matière de sécurité routière.

2018, l’année de toutes les mesures

Cette année marque l’entrée en vigueur de nouvelles réglementations, dont le but est triple : renforcer la sécurité routière, lutter contre la pollution et offrir aux mairies davantage de contrôle sur la ville. Avant de nous pencher sur les attentes des automobilistes, faisons un bref récapitulatif des principales mesures déjà en application ou qui pourraient le devenir.
La limitation de la vitesse : à partir de juillet, la vitesse sera limitée à 80 km/h sur les routes nationales qui ne sont pas séparées par une barrière.
Le nouveau contrôle technique : depuis le 20 mai 2018, le contrôle technique est plus sévère. Il compte notamment davantage de points de contrôles et de défauts ainsi qu’une nouvelle catégorie de sanction.
La restriction d’accès aux centres-villes : dans certaines villes, les quartiers historiques et touristiques sont de plus en plus fermés à la circulation.
L’interdiction des voitures polluantes en ville : à l’image de Paris et de Grenoble, certaines villes limitent l’accès aux véhicules les plus polluants, notamment via la vignette Crit’Air.
Le montant libre du stationnement et des contraventions : depuis le début de l’année 2018, les mairies ont le pouvoir de fixer le prix du stationnement et des amendes. Les sociétés privées peuvent d’ailleurs désormais verbaliser les stationnements gênants, tandis que certaines voitures-radars sont également gérées par des sociétés privées.
Le téléphone au volant davantage sanctionné : pour 2019, le gouvernement souhaite durcir la législation pour l’usage du téléphone au volant. Si un automobiliste commet une infraction, tout en ayant son téléphone à la main, il risquerait une suspension de permis.
Des péages à l’entrée des villes : un projet visant à créer des péages aux villes, comme c’est le cas à Londres par exemple, devrait être étudié au printemps 2019.

Les Français partagées sur les nouvelles mesures de sécurité routière

Mais que pensent les automobilistes de toutes ces mesures ? Pour le savoir, l’institut CSA a réalisé une étude sur le sujet pour le compte de l’assureur Allianz. Appelée Baromètre prévention routière 2018, cette enquête a été menée entre février et mars sur un échantillon de 2 010 personnes titulaires du permis de conduire. On apprend tout d’abord que les nouvelles mesures sont très largement connues par les Français. Le taux de connaissance des 8 réglementations testées oscille en effet entre 73 et 98%. En pole position des mesures dont les automobilistes ont déjà entendu parler, on retrouve la limitation de la vitesse, l’interdiction des voitures polluantes en ville et la possibilité pour les mairies de définir le montant des amendes et du stationnement. À l’opposée, ce sont le nouveau contrôle technique, les sanctions pour le téléphone au volant et les péages à l’entrée des villes qui sont les moins connus. Il faut dire que parmi ces trois mesures, deux ne sont encore qu’à l‘état de projet.
Mais ce n’est pas parce que les Français ont déjà entendu parler de ces mesures qu’ils y sont forcément favorables. Contre toute attente, la limitation de la vitesse à 80 km/h n’arrive qu’en troisième position des mesures les moins appréciées (avec 76% d’opinion défavorable). En tête, on retrouve la gestion de la verbalisation et des radars embarqués par des sociétés privées (78%), devançant de très peu les péages à l’entrée des villes (77%). Viennent ensuite le droit pour les mairies de fixer le montant du stationnement et des contraventions, puis le nouveau contrôle technique. Si ces mesures sont largement impopulaires, il semble que cela soit avant tout pour une raison toute simple : elles risquent d’avoir un impact sur les dépenses des Français en matière d’automobile.
Bien que les Français ne soient pas réputés pour leur amour des mesures restrictives, les sondés plébiscitent trois nouvelles réglementations. C’est tout particulièrement le cas des nouvelles sanctions pour l’usage du téléphone au volant, jugées utiles par 4 interrogés sur 5. Derrière, on retrouve la restriction d’accès aux centres-villes (63% d’opinion favorable) et l’interdiction des voitures polluantes en ville (61%). Un signe que les campagnes de prévention pour la sécurité routière et pour l’environnement ont peut-être fini par porter leurs fruits.

La formation et l’amélioration des routes, plutôt que le tout répressif

Le comparateur d’assurance Mon Auto Assure s’est aussi intéressé à la perception que les automobilistes ont des nouvelles mesures de sécurité. Cette enquête, menée sur 1 278 personnes en mars, nous confirme que la répression est peu appréciée par les usagers de la route, dans la mesure où ils rejettent notamment la limitation de vitesse à 80 km/h et les radars mobiles. Toutefois, certaines réglementation sont, là encore, vues d’un bon œil. C’est le cas de la suspension de permis en cas d’usage du téléphone au volant, de la mise en place d’une tolérance zéro pour l’alcool ou encore de la démocratisation des éthylotests antidémarrage.
Mais ce sondage nous permet également d’avoir connaissance des mesures que les Français voudraient voir mettre en place dans le cadre de la sécurité routière. Les interrogés mettent d’ailleurs en avant principalement deux axes de travail :
Plus de place accordée à la formation : améliorer la formation des conducteurs, tout comme leur suivi, est la mesure que les automobilistes souhaiteraient le plus voir appliquer. Environ un tiers des mesures proposées concerne cet aspect. La création d’un stage gratuit sous des conditions climatiques spécifiques, l’obligation d’un examen médical pour les conducteurs de plus de 65 ans et la création d’un système de mise à niveau sont les points les plus plébiscités.
Des infrastructures améliorées : une grande majorité de Français souhaiteraient également que l’état des routes soit amélioré. De même, ils sont nombreux à vouloir une augmentation du nombre de barrières de sécurité pour les motards et davantage de pistes cyclables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *