Prime à la conversion : les grands changements de 2018

  1. Prime Conversion Automobile 2018

Le décret 2017-1851 tant attendu par les automobilistes a finalement été publié le 31 décembre 2017. Il définit les nouvelles règles qui encadrent la prime à la conversion, plus couramment appelée prime à la casse. Élargissement du dispositif aux véhicules essence, nouveaux montants de prime, prise en compte des voitures d’occasion, foyers imposables dorénavant concernés… autant de nouvelles mesures qui visent à accélérer le renouvellement du parc automobile français. Focus sur les principales nouveautés de la prime à la conversion version 2018.

Nouvelle prime à la casse : l’occasion de dynamiser un dispositif peu utilisé

À ses débuts, la prime à la conversion s’appelait Super Bonus. Si le nom était différent, le principe était déjà relativement similaire : accorder une prime aux automobilistes mettant leur ancien véhicule à la casse et achetant un nouveau véhicule plus respectueux de l’environnement. Mais bien que ce dispositif existe déjà depuis quelques temps, il a toujours peiné à séduire les Français. Pour preuve, depuis 2015, date à laquelle elle a connu sa dernière refonte majeure, la prime à la conversion n’a été utilisée qu’à 19 000 reprises si l’on en croit l’administration. Afin de rendre ce dispositif plus attractif, le gouvernement a notamment fait le choix d’en élargir les contours et de redéfinir les montants de prime. Un pari osé… et coûteux, dans la mesure où le budget nécessaire à cette mesure est évalué à 700 millions d’euros sur 5 ans.

Une mesure qui concerne davantage de véhicules et de foyers

À partir de cette année, la nouvelle prime à la conversion ne concerne plus uniquement les véhicules diesel. En effet, les automobilistes pourront profiter d’une prime pour la destruction d’un véhicule essence associée à l’achat d’un véhicule moins polluant. Cette première réforme est accompagnée d’une seconde : les foyers imposables sont également concernés par la prime à la casse dorénavant. Pour savoir quels véhicules permettent de prétendre au dispositif, il faudra tenir compte de deux éléments : l’âge de la voiture détruite et la nature du foyer.
– Votre foyer est non imposable ? Vous pouvez profiter de la prime à la conversion si le véhicule que vous mettez au rebut est un diesel immatriculé avant 2006 ou un essence avant 1997.
– Votre foyer est imposable ? Dans ce cas, ce dispositif vous concernera si vous détruisez un véhicule diesel mis en circulation avant 2001 ou une essence avant 1997.

Une prime évolutive selon la nature du véhicule acheté

Dans le but de rendre la nouvelle prime à la casse plus attractive, les montants ont été revus et sont désormais évolutifs. À présent, le montant de la prime va dépendre de la nature du véhicule acheté et de la nature du foyer. On notera d’ailleurs que certains véhicules ne sont plus concernés (les hybrides rechargeables notamment), tandis que de nouveaux véhicules le sont (véhicules d’occasion, véhicules loués, etc.).
Véhicule neuf thermique : s’il émet moins de 130 grammes de CO2 par kilomètre, un tel véhicule donnera droit à une prime de 1 000€ pour les foyers imposables et de 2 000€ pour les foyers non imposables.
Véhicule neuf hybride non rechargeable : tout comme pour les voitures thermiques, un tel véhicule donnera le droit à une prime de 1 000€ pour les foyers imposables et de 2 000€ pour les foyers non imposables s’il émet moins de 130 g/CO2/km.
Véhicule hybride rechargeable : l’achat d’un tel véhicule ne permet plus de bénéficier de la prime à la conversion, alors que le dispositif prévoyait une aide de 1 000€ sans condition de ressources par le passé.
Véhicule neuf électrique : l’achat d’un véhicule neuf électrique donne le droit à une prime de 2 500€ sans condition de ressources. Quant à l’achat d’un véhicule électrique d’occasion, il donne le droit à une prime de 1 000€ pour les foyers imposables et de 2 000€ pour les foyers non imposables.
Véhicule d’occasion : c’est l’une des grandes nouveautés de cette réforme. Un véhicule d’occasion acheté permettra aux foyers non imposables de bénéficier de 2 000€ de prime (1 000€ pour les foyers imposables). Il faudra cependant qu’il émette moins de 130 g/CO2/km et qu’il dispose d’une vignette Crit’Air de catégorie 0, 1 ou 2.
Quadricycle, deux roues et trois roues neufs électriques : l’achat d’un tel véhicule permettra à un foyer non imposable de profiter d’une prime de 1 100€ et de 100€ pour un foyer imposable.
Véhicule loué : c’est aussi l’un des grands changements de la nouvelle prime à la conversion. Une LOA (Location avec option d’achat) ou une LDD (Location longue durée) permettra de bénéficier de la prime. Il faudra toutefois que le contrat de location dure au minimum 2 ans et que le véhicule loué réponde aux mêmes critères que ceux qui s’appliquent dans le cas d’un achat.

Afin d’accompagner l’automobiliste dans ses démarches et lui permettre de trouver une bonne affaire parmi les nouveautés automobiles de 2018, le gouvernement a mis en place un site dédié. Sur cette plateforme consacrée à la prime à la conversion, l’automobiliste retrouve toutes les informations relatives à cette mesure. Il peut même faire un test rapide afin de savoir s’il est éligible et connaître le montant de la prime auquel il peut prétendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *