Salon de Genève 2018 : l’heure est au bilan

  1. Que fault-il retenir du salon de Genève 2018 ?

Alors que le Salon de Genève 2018 vient de fermer ses portes, il est grand temps de réaliser un bilan. Tout comme l’édition 2017, cet événement a apporté son lot de surprises, de tendances et de découvertes. Et cette année, ce sont principalement trois thématiques qui ont animé les allées : les SUV, la nouvelle Peugeot 508 et les véhicules électriques. L’occasion de revenir en détail sur tout ce qu’il faut retenir de la 88ème édition du Salon de Genève.

Des lancements en grande pompe

Si le Salon de Genève 2017 nous avait permis de découvrir de nombreux concepts, l’édition 2018 a davantage mis l’accent sur la présentation de modèles destinés à être commercialisés. Et à ce petit jeu, c’est certainement la nouvelle Peugeot 508 qui a le plus attiré l’attention. Symbole d’une nouvelle philosophie et d’un style plus moderne, la berline semble déjà incarner le futur du constructeur. Bien qu’elle ait été la star du stand Peugeot, elle a du partager l’affiche avec le gigantesque lion (5 x 12 mètres) qui trônait à côté d’elle. À n’en pas douter, le constructeur tricolore a été l’un des grands acteurs du salon.
Deux autres nouveautés présentes au Salon de Genève ont également marqué les visiteurs : il s’agit de la Toyota Auris et de la Mercedes Classe A. On notera d’ailleurs, qu’au total, ce sont environ 70 nouveautés qui ont été présentées en avant première européenne ou mondiale. Une belle réussite pour le salon helvète, et ce, alors même que certains constructeurs ont préféré réserver leurs nouveaux modèles pour d’autres salons, à l’image de Renault et de Volkswagen.

L’électrique marque le salon de son empreinte

Alors que le segment des véhicules électriques peinait à se réinventer et à confirmer les espoirs placés en lui, l’édition 2018 du Salon de Genève nous a rassuré sur le sujet. Ce revirement de situation, on le doit principalement à deux modèles : le Hyundai Kona Electric et la Jaguar I-Pace. Dotée d’une autonomie maximale de 482 kilomètres et d’un couple de 395 Nm, la Coréenne deviendra le tout premier SUV urbain 100% électrique en Europe lors de sa commercialisation en juillet. Quant à la Jaguar, le tout premier modèle électrique de la marque, elle surprend grâce à ses très bonnes performances, son autonomie record et son tarif acceptable. Une nouvelle preuve que l’électrique parvient enfin à prendre de multiples visages, et pas uniquement celui d’une petite citadine.

Un salon qui fait de la résistance

L’édition 2018 du Salon de Genève s’est déroulée du 8 au 18 mars. Durant ces 11 jours, ce sont environ 660 000 visiteurs qui ont déambulé à travers les allées. Bien que cela marque un recul de 4,5% du nombre de tickets vendus par rapport à l’année précédente, Genève parvient à limiter les dégâts. Depuis quelques temps, un nombre croissant de constructeurs se désintéressent des salons automobiles. Cette année, c’était notamment le cas d’Opel, de Mini et de DS. Conséquences ? Le nombre de visiteurs chute considérablement, comme on a pu le constater à Paris en 2016 (-14%) et, plus récemment, à Francfort en 2017 (-13%). Mais grâce à quelques nouveautés bien senties, dont la toute première Bentley hybride, le Salon de Genève 2018 s’en sort la tête haute. Le rendez-vous helvète peut même être fier de son résultat chez les jeunes : 30% des visiteurs avaient entre 15 et 29 ans.

Un salon pour le moins éclectique

Cette réussite, la 88ème édition du Salon de Genève la doit aussi à sa variété. Entre les petits constructeurs, les préparateurs, les pros du design et autres constructeurs historiques, il y en avait pour tous les goûts. Les amateurs de voiture de caractère ont ainsi pu apprécier l’Audi A6, la Peugeot 508 revisitée ou encore la Volvo V60. Côté compactes, on a particulièrement apprécié la Toyota Auris et la nouvelle Kia Cee’d. Largement plébiscités par les automobilistes, les SUV étaient également à l’honneur. On notera d’ailleurs la présence de la Volvo XC40, fraichement élue voiture de l’année, du tout nouveau Dacia Duster ou encore de l’étonnante Lamborghini Urus. Il faut dire qu’on avait le choix en la matière, étant donné que le salon helvète n’a fait que confirmer l’actuelle hégémonie des SUV. Incroyable mais vrai : malgré toutes les préoccupations environnementales du moment, même des modèles sportifs 100% thermiques ont fait leur apparition à Genève. C’est le cas notamment de la Ferrari 488 Pista, de la Porsche 911 GT3 RS ou encore de l’Aston Martin Vantage.

De nouvelles modes se dessinent

Si l’année 2018 sera pleine de nouveautés en matière de voitures, elle le sera également en ce qui concerne les styles automobiles. Pour preuve, le Salon de Genève a été l’occasion de découvrir de nouvelles modes plus ou moins attrayantes. En Suisse, les constructeurs ont décidé de muscler leurs berlines, en présentant des versions coupé avec davantage de caractère, dont la nouvelle Peugeot 508 est le parfait exemple. Le regard sur deux étages s’est aussi démocratisé au salon. Si Citroën a tenté cette esthétique dès 2013, de nouveaux constructeurs s’y sont tentés cette année (Hyundai, Skoda ou encore Aston Martin). Côté couleurs, le vert a été mis à l’honneur, notamment grâce à la Porsche 911 GT3 RS et au concept BMW M8. Pourtant, c’est bien le gris que l’on pouvait retrouver sur tous les stands ou presque. De l’Alfa Romeo Giulia à l’Aston Martin Vantage, en passant par la Renault EZ-GO, le gris a été plus que jamais tendance. Enfin, on remarque que l’assistance vocale est de plus en plus présente dans l’habitacle. Pour preuve, certaines fonctionnalités de la nouvelle Classe A peuvent dorénavant être commandées via un simple « Hey Mercedes … », à l’image de « Ok Google » ou de « Dis Siri ». Même des marques plus accessibles s’y sont essayées. C’est le cas par exemple de Skoda et de Seat qui ont intégré sur différents modèles Alexa, l’assistant vocal imaginé par Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *