La place du mobile dans le secteur automobile

  1. Secteur automobile et mobile

Depuis maintenant quelques années, les Smartphones occupent une place de plus en plus importante dans notre quotidien. Avec l’arrivée des nouvelles générations, toujours plus connectées, l’importance du mobile va grandissante en matière de consommation. Un constat tout aussi vrai en ce qui concerne l’achat d’une voiture. L’occasion de se pencher sur la place qu’occupe désormais le mobile dans le secteur automobile, tout particulièrement en ce qui concerne le parcours d’achat.

Le mobile, un support indispensable au parcours d’achat

La place du mobile dans notre quotidien est de plus en plus importante. Que ce soit pour consulter ses mails, aller sur les réseaux sociaux ou encore faire des recherches, ce support en viendrait presque à supplanter l’ordinateur. Un constat qui s’applique également au parcours d’achat des consommateurs, notamment en matière d’automobile.

Un canal de plus en plus utilisé par les consommateurs automobiles

Si certains canaux digitaux réinventent le parcours d’achat automobile, c’est tout particulièrement le cas pour le support mobile. Comme le révélait déjà Google en 2017 à travers l’étude « Global Auto Path to Purchase », plus de la moitié des requêtes en lien avec l’automobile sont désormais réalisées depuis un Smartphone. Depuis un an maintenant, ce support a su détrôner l’ordinateur et la tablette selon cette enquête. Pas étonnant lorsqu’on sait que l’acheteur automobile est en moyenne plus connecté que le reste de la population française, dans la mesure où il détient 3,9 appareils connectés.
Un constat nuancé par une récente étude de Facebook, intitulée « Le nouveau parcours d’achat automobile ». Selon le géant des réseaux sociaux, l’ordinateur serait utilisé par 69% des personnes ayant l’intention de réaliser un achat automobile. Et bien que le mobile soit un canal de découverte de plus en plus plébiscité, il reste malgré tout derrière. De ces deux études, on retiendra un élément majeur : la place du Smartphone dans le parcours d’achat auto n’a jamais été aussi forte.

Une tendance qui se confirme sur l’ensemble des secteurs

Alors que le Smartphone se fait petit à petit sa place dans le monde automobile, il gagne très rapidement en importance dans les autres secteurs d’activité. Ainsi, le baromètre de la Mobile Marketing Association nous rappelait dès 2016 que le Smartphone devient peu à peu le canal préféré des consommateurs pour réaliser des achats. Cette étude nous apprenait notamment que près de 7 milliards d’euros ont été dépensés via Smartphone en France en 2016, soit une progression de 48,5% en seulement un an. Désormais, ce sont même plus de 30% des achats en ligne qui se font via un Smartphone.
Un résultat qui ne s’applique cependant pas directement à l’achat d’un véhicule, dans la mesure où le mobile ne reste qu’un support d’inspiration et d’information pour l’acheteur automobile. Il faudra en effet encore attendre longtemps avant que l’achat d’une voiture se fasse directement par Smartphone. Il faut dire que ce support est principalement utilisé pour des petites dépenses. Pour preuve, le montant annuel déboursé par les consommateurs français était de 712€ seulement en 2016.

Le mobile, un canal difficile à manœuvrer pour les marques

Que ce soit dans l’automobile ou dans un autre secteur, le mobile est de plus en plus important au moment de réaliser un achat. Malgré cela, les constructeurs automobiles affichent des lacunes en la matière. Le retour de bâton pourrait être terrible pour ces marques au vu des attentes fortes des mobinautes.

Des constructeurs à la traîne sur la question du mobile

Malgré l’importance grandissante des supports digitaux, et tout particulièrement du mobile, allant même jusqu’à faire évoluer le rôle des concessionnaires, les marques automobiles ont encore beaucoup de travail à réaliser. C’est en tout cas ce que nous révèle une étude réalisée par l’agence Activis. Cette dernière s’est intéressée aux performances SEO (search engine optimization) des sites internet et des sites mobiles des 30 constructeurs auto les plus importants. Suite à quoi, l’étude a consisté à évaluer les différences de navigation sur ordinateur et sur mobile en matière de visibilité naturelle.
Cette enquête nous apprend notamment que 80% des constructeurs automobiles affichent un manque de visibilité sur Smartphone. Un constat d’autant plus inquiétant que Google a changé ses règles en matière de référencement. En effet, depuis la fin de l’année 2017, le moteur de recherche a mis en place son Index Mobile-First. Désormais, ce sont les supports mobiles qui vont être privilégiés par rapport aux ordinateurs. Pour faire face à ce changement, les marques devront relever plusieurs défis, dont celui de proposer exactement le même contenu et la même expérience sur ordinateur et sur mobile. Si Google a décidé dès 2015 de pénaliser les sites qui ne respectent pas un certain standard mobile-friendly, cela pourrait être encore plus terrible cette année. En effet, il est prévu que le temps de chargement d’une page mobile soit pris en compte en matière de référencement à partir de juillet 2018.

La nouvelle priorité des marques

Selon l’étude de l’agence Activis, tous les constructeurs ne sont pas à mettre au pilori. Sur les 30 marques analysées, 3 parviennent à tirer leur épingle du jeu : il s’agit de Smart, de Dacia et de DS. Ces trois marques affichent une visibilité mobile supérieure à leur visibilité sur ordinateur sur les moteurs de recherche.
Pour les autres, le Smartphone doit obligatoirement devenir une priorité, sous peine d’être boudé par les consommateurs. Une étude menée par Google en 2016, intitulée « Bienvenue dans l’ère de l’assistance », dressait d’ailleurs les nouvelles attentes des mobinautes. On apprenait tout d’abord que 53% des utilisateurs de Smartphone quittent une page si elle met plus de 3 secondes à se charger. Un constat inquiétant lorsqu’on sait que le temps moyen de chargement d’un site mobile français en 3G est de 10 secondes. De même, la moitié des mobinautes sont moins susceptibles d’acheter un produit ou un service si le site mobile de la marque offre une mauvaise expérience utilisateur. Preuve que le mobile est à la fois une opportunité et un impératif : les marques dont le site mobile se charge en moins de 5 secondes génèrent jusqu’à deux fois plus de revenus que celles ayant un site se chargeant en 19 secondes. Constructeurs automobiles, à vos Smartphones !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *