Le parc automobile français n’a jamais été aussi vieux

Vieillissement du parc automobile français : les causes et solutions

Alors que le parc automobile français n’a jamais été aussi important, il n’a jamais non plus été aussi vieux. Pourquoi les voitures françaises vieillissent ? Pourquoi les Français ne changent plus de voiture ? Comme relancer un marché vieillissant ? Autant de questions auxquelles nous vous apportons des éléments de réponse.

Un parc qui grandit, tout en vieillissant

L’année 2016 s’est terminée sur un nouveau record. En effet, le parc automobile français n’a jamais été aussi important qu’à l’heure actuelle. Au 1er janvier 2017, on comptait ainsi plus de 39 millions de véhicules dans l’Hexagone. Le nombre de voitures a progressé de 1,2% en seulement un an. Il s’agit d’ailleurs de la plus importante progression depuis 2004. Il est bon de rappeler qu’il n’y avait « que » 37,4 millions de véhicules en 2010, 33 millions en 2000 et seulement 27,7 millions en 1990. Le constat est le même en ce qui concerne les seuls véhicules particuliers. En effet, ces derniers sont à présent 32,4 millions à circuler sur nos routes.
Mais derrière cette progression qui devrait réjouir les constructeurs et acteurs du monde auto se cache un problème de taille : le vieillissement progressif du parc automobile tricolore. Ainsi, l’âge moyen des véhicules particuliers et utilitaires français est à présent de 8,9 ans. Pour mieux comprendre ce chiffre, il suffit de s’intéresser à l’évolution de l’âge moyen des véhicules tricolores. Il était de 8,3 ans en 2014, de 8 ans en 2008 et de seulement 6 ans en 1990. Une question se pose donc : à quoi est du ce vieillissement progressif du parc automobile français ?

Vieillissement du parc automobile français : des causes multiples

En seulement deux décennies, les véhicules français ont vu leur durée de vie s’étendre de 3 années. Cette lente progression ne semble pas due à un seul élément. Développement de l’occasion, changement des comportements, véhicules plus fiables… autant de causes du vieillissement du parc automobile français.

Véhicules français : l’occasion creuse l’écart

La première cause du vieillissement des véhicules tricolores semble du à la bonne santé du marché automobile de l’occasion. En 2016, 5,6 millions de véhicules d’occasion ont été vendus. Un chiffre qui semble aller croissant puisqu’un nouveau record a été établi au 1er semestre 2017 avec la vente de 2,9 millions de VO, un résultat qui n’avait plus été atteint depuis près de 10 ans. Les voitures de « seconde main » étant de plus en plus nombreuses, c’est tout naturellement que l’âge moyen du parc tricolore augmente.
Un autre élément peut expliquer le vieillissement des voitures françaises : l’écart qui s’accroit entre les véhicules d’occasions et les véhicules neufs. Si le marché automobile des voitures neuves se porte bien, progressant même de 3% au 1er semestre 2017, ce n’est pas suffisant pour combler l’écart entre les VO et les VN. En 2016, on a en effet compté 2 millions de nouvelles immatriculations, contre 5,6 millions de ventes de véhicules d’occasion. En plus d’être trois fois supérieur au neuf, le nombre de ventes de VO accroit progressivement son avance. Avec un rapport qui aujourd’hui est de 2,8 (1 VN vendu pour 2,8 VO), c’est un nouveau record qui est atteint. En effet, celui-ci n’était que de 1,9 en 1996.

Les Français ne changent plus de voiture

Si l’occasion a le vent en poupe, ce n’est pas la seule raison du vieillissement du parc automobile français. La seconde cause est à chercher du côté du comportement des automobiles tricolores. En effet, les Français conservent leur voiture de plus en plus longtemps.
Au 1er janvier 2017, on estimait que les conducteurs hexagonaux changeaient de véhicule tous les 6 ans en moyenne. Il suffit de comparer ce chiffre à ceux des années précédentes pour mieux comprendre l’ampleur du phénomène. Les Français renouvelaient leur voiture tous les 5 ans en 2010, tous les 4,4 ans en 2000 et seulement tous les 3,6 ans en 1990. Bien que plusieurs éléments peuvent expliquer ce constat, il existe une cause principale : la plus grande fiabilité des véhicules. En innovant constamment, les constructeurs ont amélioré les performances de leurs modèles, faisant en sorte que leur durée de vie augmente, tant d’un point de vue mécanique qu’esthétique.

La relation entre l’automobiliste et la voiture n’est plus la même

Si les Français changent moins souvent de véhicule, c’est aussi parce qu’ils considèrent leur voiture comme un outil désormais. Contrairement au XXe siècle, l’achat d’une automobile n’est plus perçu comme une preuve de réussite ou comme un objectif de vie. Pour une grande majorité, la voiture est devenue un objet utile au quotidien.
Preuve de ce constat, les Français utilisent de moins en moins leur véhicule. Pour s’en apercevoir, il suffit de s’intéresser à leurs déplacements annuels. Alors qu’ils réalisent environ 17 400 kilomètres par année actuellement, les automobilistes parcouraient 18 800 kilomètres en 2011 et même plus de 19 000 kilomètres en 2008. En seulement 7 ans, le kilométrage annuel moyen des Français a ainsi chuté de 6,4%. Autant de raisons qui motivent les automobilistes à conserver leur véhicule plus longtemps, entrainant par la même occasion le vieillissement du parc tricolore.

L’innovation pour relancer le marché automobile français

Bien que le vieillissement du parc automobile français ait plusieurs sources, un élément semble être à l’origine de toutes : le désenchantement des Français pour l’automobile. Désacralisée et considérée comme un simple moyen de déplacement, la voiture n’a plus l’aura qu’elle pouvait avoir par le passé. Pour contrer le phénomène, différentes stratégies sont mises en place par les constructeurs. La plus courante est de jouer sur les prix. À l’image de Dacia, certains groupes proposent des véhicules à des prix défiant toute concurrence, tandis que d’autres améliorent les conditions de reprise. Bien que cela soit en partie efficace, cette stratégie n’est utile qu’à court terme et ne peut pas transformer la relation entre l’automobiliste et son véhicule.
En effet, seule une tactique pourrait changer la donne : l’innovation. En créant une rupture avec les modèles du passé, les constructeurs ont l’occasion de relancer le marché et de créer à nouveau du désir pour la voiture. En la matière, chaque groupe mise sur un cheval différent. Alors que certains font le pari de l’électrique, comme Volvo, Tesla ou encore Renault, d’autres ont décidé de créer de nouveaux segments, tels que les SUV et les crossovers. Pourtant, c’est bien la voiture autonome, développée notamment par Google, Uber ou encore Tesla, qui pourrait véritablement révolutionner un secteur en panne d’idée. L’avenir nous dira quel constructeur a trouvé la formule magique pour transformer le marché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *