Focus sur les bénéfices des constructeurs en 2017

  1. Focus sur les bénéfices des constructeurs en 2017

Malgré toutes les polémiques qui l’agite et les sommes investies dans l’électrique et l’autonome, le marché automobile se porte mieux que jamais. Tiré par certains mastodontes, dont la Chine qui représente 30% des ventes mondiales, le secteur devrait même pouvoir franchir la barre symbolique des 100 millions d’unités vendues d’ici 2019. Dans ces conditions, pas étonnant de voir que les résultats des groupes automobiles ne cessent de progresser. L’occasion de s’intéresser aux bénéfices des constructeurs en 2017.

Toyota, le grand champion des bénéfices

Le résultat semble peu croyable : les 16 constructeurs qui composent le marché européen ont engrangé 93,9 milliards d’euros de bénéfice en 2017. L’équivalent de plus de 257 millions d’euros au quotidien. C’est le groupe Caradisiac qui nous l’apprend, à travers une enquête s’intéressant à la fois aux bénéfices des marques et à leur marge opérationnelle.
Preuve de la bonne santé du marché automobile, les 16 principaux groupes qui opèrent sur le Vieux Continent sont parvenus à dégager des bénéfices. Le champion toute catégorie s’avère cependant être Toyota, le groupe qui comprend les marques Toyota, Lexus, Hino et Daihatsu. Le Japonais affiche 19,2 milliards d’euros de bénéfices pour l’année écoulée. Ce succès, la marque le doit à une stratégie payante (investissement dans l’hybride, maîtrise des coûts, etc.) et à de très nombreuses ventes (10,35 millions de véhicules vendus). C’est d’ailleurs en partie pour ces raisons que le groupe nippon est la marque automobile la plus valorisée au monde. Selon le cabinet d’études Millward Brown, Toyota est valorisée à hauteur de 36 milliards de dollars, loin devant ses poursuivants que sont Mercedes (25,68 milliards) et BMW (25,62 milliards). Le constructeur japonais se place même en 36ème position au classement général, tous secteurs d’activité confondus.
Loin derrière, on retrouve le Groupe Volkswagen et ses 12 marques (Volkswagen, Audi, Seat, etc.) en seconde position. Malgré l’affaire des moteurs truqués, le constructeur allemand affiche un bénéfice de 13,8 milliards d’euros en 2017. Un résultat principalement du à sa présence en Chine (4,2 millions de ventes y ont été réalisées l’année dernière) et à la commercialisation de modèles à très forte marge, comme les véhicules haut de gamme et autres SUV. C’est le groupe Daimler (Mercedes, Smart, etc.) qui complète le podium avec 10,9 milliards d’euros de bénéfice. Il faut dire que le constructeur est particulièrement bien présent sur le segment des SUV et que la Mercedes Classe E a connu un vif succès.

BMW, le grand gagnant de la rentabilité

Si le groupe BMW ne figure par sur le podium, il n’a malgré tout pas grand chose à envier à ses devanciers. Certes, il a engrangé « seulement » 8,7 milliards d’euros de bénéfice en 2017, soit environ 2 milliards de moins que l’année précédente, ce qui le place en 4ème position de ce classement. Le groupe allemand peut cependant se targuer d’avoir la plus forte marge opérationnelle. Cet indicateur permet de mieux analyser la rentabilité réelle des marques, et ce, en faisant le rapport entre le chiffre d’affaires réalisé et les bénéfices. Autrement dit, BMW dispose d’un chiffre d’affaires moins important, mais il réalise proportionnellement davantage de bénéfices. Le succès de ses SUV, mais également de la Série 2 et de la Série 5, y est d’ailleurs pour beaucoup.
Contre tout attente, c’est bien Honda qui se place en 5ème position des groupes ayant réalisé le plus de bénéfices. Peu présent en Europe, le constructeur japonais est très populaire en Chine et en Amérique du Nord. Le groupe est même actif en Inde et au Vietnam grâce à sa gamme de deux-roues. Résultat, Honda affiche 8 milliards d’euros de bénéfice en 2017, soit près de 1,7 milliard de plus que Ford. Il faut dire que le constructeur américain n’est pas en grande forme actuellement et ne doit ce résultat qu’à ses nombreuses ventes sur son sol national.
On retrouve ensuite Nissan avec 5,7 milliards d’euros de bénéfice. Rappelons d’ailleurs que le constructeur nippon a réalisé 5,7 millions de ventes en 2017, un nouveau record, grâce à une présence importante en Chine et au succès de ses SUV. Autant de raisons qui expliquent pourquoi le bénéfice a bondi de 12,6% en seulement un an.

Renault et PSA s’accrochent

Bien que Renault ne se positionne qu’à la 7ème place des constructeurs affichant le plus de bénéfices, le groupe tricolore est plutôt satisfait. Pas étonnant lorsqu’on sait qu’il a établi un nouveau record pour ce qui est du nombre de ventes, du chiffre d’affaires et de la marge opérationnelle. Résultat, un bénéfice de 5,1 milliards d’euros et une marge opérationnelle de 6,6% en 2017. Carlos Ghosn peut même être confiant en l’avenir, dans la mesure où Renault a progressé sur l’ensemble des continents et que certains marchés s’annoncent prometteurs (Chine et Brésil notamment).
Chez le rival de toujours, l’heure est aussi à la fête. Malgré le rachat d’Opel et de Vauxhall durant l’été 2017 pour plus de 2 milliards d’euros, PSA est parvenu à dégager 1,9 milliard d’euros de bénéfice, soit une augmentation de plus de 11% sur un an. Il se classe ainsi en 11ème position, derrière Hyundai et Fiat Chrysler Automobiles. Un résultat positif qui devrait se poursuivre, notamment grâce au succès toujours important de la 3008 et de la 5008 chez Peugeot, et de la C3 chez Citroën. Le constructeur français devra malgré tout continuer ses efforts pour relancer Opel et redresser la barre en Chine, où ses ventes ont presque diminué de moitié en un an.
Sans grande surprise, c’est Mitsubishi qui ferme la marche. Il faut dire que le constructeur japonais a un volume de ventes relativement faible par rapport aux autres groupes. Il reste malgré tout rentable et réalise un bénéfice de 830 millions d’euros en 2017. Une nouvelle preuve que le marché automobile reste prospère.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *