Facebook : futur poids lourd du VO en France ?

  1. Facebook : futur poids lourd du VO en France ?

Lancé en 2017 pour les particuliers, le service de petites annonces de Facebook vient de s’ouvrir aux professionnels de l’automobile. Appelée Marketplace, cette plateforme s’attaque uniquement aux véhicules d’occasion (VO) pour le moment, un marché qui a représenté plus de 5,6 millions de transactions en 2017. Alors qu’internet était déjà en marche de devenir la concession de demain, Facebook semble vouloir s’imposer comme leader du VO en France. Mais en a-t-il les moyens ? Éléments de réponse.

Facebook Marketplace : des particuliers aux professionnels

En août 2017, Facebook avait défrayé la chronique en annonçant la création en France du service Marketplace, une plateforme dédiée à la vente de biens d’occasion entre particuliers. À l’image de son principal concurrent LeBonCoin, Marketplace permet de vendre tout type d’objets, d’une télévision à des vêtements, en passant par une voiture. Le succès a été rapidement au rendez-vous. Pour preuve, le réseau social annonçait que la barre des 18 millions de biens mis en vente avait été franchie dans le monde, et ce, seulement 8 mois après le lancement de la plateforme.
Depuis, Facebook a décidé de passer à la vitesse supérieure en France, ainsi que dans d’autres pays, dont les États-Unis. Le géant du web a en effet ouvert sa Marketplace aux professionnels, uniquement automobiles pour le moment, le 12 juin 2018. Trois spécialistes tricolores de la vente de véhicules d’occasion ont été sélectionnés pour participer à une phase pilote : Aramis Auto, L’Argus et Ubiflow.
Pour l’heure, Aramis Auto a indiqué diffuser sur la plateforme son offre de VO reconditionnés. Pour se démarquer des annonces des particuliers, le professionnel des petites annonces auto met en avant ses avantages : satisfait ou 100% remboursé (pendant 1 000 km ou 15 jours) ou encore un an sans frais d’entretien (ou 15 000 km). De son côté, L’Argus a annoncé que les annonces de l’ensemble de ses clients ont été automatiquement transférées sans surcoût sur la Marketplace Auto de Facebook. Ce qui représente plus de 6 000 concessionnaires et autres vendeurs professionnels de véhicules d’occasion. Quant à Ubiflow, il propose à ses utilisateurs d’utiliser la plateforme de Facebook pour booster leurs annonces.

Marketplace auto, des fonctionnalités sur mesure pour les professionnels

Si Aramis Auto, Ubiflow et L’Argus se sont laissés séduire par le test proposé par Facebook, ce n’est pas sans raison. Il faut dire que la plateforme se veut déjà très complète et efficace. Pour preuve, Marketplace Auto dispose de son propre moteur de recherches, avec la possibilité d’entrer différents critères (marque, modèle, année, kilométrage, motorisation, etc.).
Comme c’est le cas pour L’Argus, les annonces désormais publiées sur Aramis Auto et Ubiflow sont, elles aussi, automatiquement transférées sur la Marketplace de façon totalement gratuite. Les concessionnaires et autres marchands VO professionnels n’ont ainsi aucune intervention à réaliser. Cela concerne d’ailleurs également les utilisateurs de Planet VO et de Cardiff VO, deux logiciels édités par L’Argus.
Après avoir effectué sa recherche et sélectionné un véhicule, l’internaute peut être rappelé par un conseiller afin de finaliser l’achat au téléphone, en ligne ou en agence (dans le cas d’Aramis Auto). De la sorte, les commerciaux ont l’opportunité de recevoir un lead automobile qualifié. Depuis peu, les utilisateurs de la plateforme peuvent même envoyer des messages via Messenger à certains concessionnaires pour avoir davantage d’informations.
Bien que cela ne soit pas encore le cas actuellement, il semble fort probable que la transaction puisse bientôt être finalisée sur la Marketplace. Dans la mesure où Facebook a l’habitude de monétiser son offre, ce service additionnel semble plus proche que jamais. Une fonctionnalité qui permettrait à la plateforme de se différencier encore un peu plus de ses principaux concurrents que sont LeBonCoin et La Centrale.

Un support qui s’inscrit dans le nouveau parcours d’achat auto

Cette plateforme développée par Facebook s’inscrit dans l’air du temps. En effet, le secteur de la petite annonce connait une véritable révolution actuellement. Les mastodontes du web, à l’image de Google et de Walmart aux États-Unis, ont d’ores et déjà établi des partenariats avec plusieurs spécialistes de la vente d’occasion. Rappelons même que Amazon propose également la vente de véhicules sur sa plateforme. Sans oublier Rakuten au Japon et les innombrables applications simplifiant la vente entre particuliers.
Mais Facebook pourrait s’affirmer comme un poids lourd de la VO pour d’autres raisons. Alors que le parcours d’achat automobile se digitalise, on sait désormais que 97% des acheteurs français débutent leurs recherches sur internet. Ils sont même 64% à se rendre sur Facebook durant leur parcours d’achat et 40% à utiliser le réseau social pour recevoir des conseils de leurs proches. Sachant que la plateforme revendique 33 millions d’utilisateurs en France, les opportunités offertes aux concessionnaires professionnels semblent immenses.
La Marketplace de Facebook est également un outil offrant une meilleure gestion des leads. Non seulement les vendeurs VO disposent de plusieurs canaux pour communiquer et collecter les données des potentiels acheteurs (téléphone, mail, messagerie, etc.), mais ils peuvent également répondre immédiatement aux demandes faites grâce à Messenger. Dans la mesure où le taux de transformation d’un lead est d’environ 5% s’il est traité sous 48h, ce pourcentage pourrait significativement augmenter dans le cas d’un traitement des demandes sans attente. Pour couronner le tout, Facebook propose déjà des outils spécifiques pour dynamiser les ventes, dont le ciblage des acheteurs lors de leurs déplacements via des annonces mobiles.

Facebook, future place forte de la vente automobile ?

Si pour le moment il est difficile de dire si Facebook va terrasser LeBonCoin ou La Centrale, certains éléments outre-Atlantique permettent déjà de se faire une petite idée sur le sujet. Alors que Facebook compte plus d’un milliard d’utilisateurs à travers le monde, la plateforme Marketplace est déjà proposée dans 20 pays différents à en croire le magazine Forbes. En seulement 6 mois en 2017, le service a vu le nombre de conversations augmenter de 70% entre les acheteurs et les vendeurs. Autre élément intéressant : Facebook indique que 550 millions de personnes à travers le monde consultent chaque mois des groupes d’achat et de vente sur le réseau social. Un nombre colossal, surtout lorsqu’on sait que eBay ne revendique « que » 170 millions d’utilisateurs sur un semestre.
En plus de répondre aux nouvelles attentes des acheteurs automobiles, Facebook s’appuie donc sur un potentiel d’audience considérable, et ce, en France comme dans le reste du monde. S’il est difficile, pour l’heure, de prédire si le réseau social va devenir le leader de la VO dans l’Hexagone, il y a fort à parier qu’il va en devenir un acteur incontournable. Un sentiment qui ne fera que se renforcer au fur et à mesure que les professionnels de la VO, comme L’Argus ou Aramis Auto, rejoindront la plateforme. À terme, il est même possible d’imager un partenariat entre Facebook et différents constructeurs afin de proposer du VN (véhicule neuf) sur la Marketplace. Il ne reste plus qu’à savoir si les acteurs de l’automobile vont être capables de prendre le train en marche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *