DATAFIRST célèbre ses 30 ans avec Datacar 360

-2

Article paru le 20 septembre sur le site www.journalauto.com

Pour marquer l’entrée dans sa troisième décennie d’existence, Datafirst a réuni ses clients et partenaires, le 19 septembre dernier à Lyon, et leur à présenté DataCar 360, l’innovante plateforme de service.

Les DMS tirent leur révérence. A l’occasion de la célébration du 30e anniversaire de Datafirst, Arié Toledano, le président du groupe, a levé le voile sur DataCar 360, sa plateforme de service appelée à supplanter les outils DMS traditionnels dans les concessions. « Le DMS n’a plus de sens », a-t-il lancé à l’endroit de ses clients, les concessionnaires, des constructeurs et des partenaires étrangers réunis, à Lyon, le 19 septembre dernier.
Nous avions vu les contours de DataCar 360 dans l’édition n°1241 du Journal de l’Automobile. Cette plateforme a pour ambition de faire tomber les barrières entre les outils pour que les utilisateurs puissent avoir une vue globale sur les clients, en facilitant la transmission des informations, notamment entre les postes commerciaux et ceux chargés de l’entretien. « L’explosion du marché du consommateur qui, désormais, détient le pouvoir, change les réalités. Le métier pousse aujourd’hui les distributeurs les plus récalcitrants à se tourner vers des outils technologiques », a expliqué Arié Toledano au Journal de l’Automobile, en marge de sa présentation.

Prendre les « My » de court

Le président a assuré que tout sera prêt au premier trimestre 2017. DataCar 360 disposera alors d’un module baptisé « CRM360 », soit l’évolution profonde de l’outil CRM Web jusqu’alors commercialisé. « Datacar n’est pas une révolution, mais une évolution, pour ce qui concerne notre base installée, présente Arié Toledano. Datafirst a déjà inscrit ses clients dans ce modèle économique d’abonnement à un service depuis le début des années 2000, avant l’émergence du SaaS. Ce projet DataCar 360 existe dans mon esprit depuis la naissance de Datafirst en 1986, car je n’ai jamais cru que l’édition de facture ou de paie était une fin en soi. Le plus intéressant réside dans ce qui vient derrière, l’exploitation de la donnée. »
En équipant les concessionnaires de DataCar 360, Arié Toledano aspire à rééquilibrer les forces. Considérant que ceux-ci détiennent les données, il a souhaité que sa plateforme permette aux clients de se connecter à un compte personnalisé, via une application. Un moyen de court-circuiter les « My » proposés par les marques.

Entrer dans la pièce

« Nous voulons être, sans prétention, le Booking.com de l’automobile. » Par ces mots, le président de Datafirst a fini par révéler ses véritables intentions. De fait, DataCar 360 se veut ouvert à tous les concessionnaires, via des connecteurs (API) qui autoriseront tous les DMS concurrents à échanger des données avec la plateforme. Des modèles économiques émergeront alors, comme une bourse VO, visible depuis tous les postes connectés et les clients au travers de leur application. Un concurrent des infomédiaires traditionnels ? Arié Toledano ne l’exclut pas, à terme.
Fait d’actualité incontournable, l’émergence des plateformes de distribution de pièces de rechange. Une opportunité sur laquelle Datafirst ne fera pas l’impasse. Arié Toledano affirme avoir entamé les démarches afin d’identifier un partenaire, à l’instar des accords scellés entre Reynolds & Reynolds et A-SIS, récemment. Et un constructeur présent à la soirée anniversaire de comparer Datafirst avec son principal rival sur le marché : « DataCar 360 représente le futur des outils, mais il manque, en effet, ce module PR. A l’inverse, I’Car System s’est fait plus discret sur les évolutions, mais dispose d’un produit complet pour les plateformes, résultant des investissements dans l’accompagnement de PSA. »
Last but not least, la campagne de recrutement de compétences qui s’engage. Arié Toledano souhaite s’entourer de nouveaux profils, dont des spécialistes de l’analyse de données et surtout un directeur des partenariats. « Nous avons toujours été ouverts, rappelle le président-fondateur. Il va nous falloir être capables d’apprendre à travailler avec des entités comme Google ou les réseaux de pièces et autres grandes plateformes qui, dans leur niche, ont déjà développé des solutions verticales. » Les prochains mois vont être chargés chez l’éditeur aux 28000 utilisateurs hexagonaux.

Lire l’article sur le site du Journal de l’Automobile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *