Le Black Friday à la conquête de l’automobile

L’automobile, en mode Black Friday

Venu tout droit des États-Unis, le Black Friday se développe depuis quelques années en France. Et cette année, les ventes ont dépassé toutes les attentes. Selon LSA, le nombre de transactions a augmenté de 30% par rapport à l’année dernière et le chiffre d’affaires de 33% (toutes catégories de produits confondues). Et à ce petit jeu, ce sont principalement trois catégories qui sont les plus plébiscitées : la mode, le high-tech et les accessoires de maison et de jardin. Mais qu’en est-il pour les voitures ? Black Friday et automobile : découvrez ce qu’il faut retenir de cette édition 2017.

Le Black Friday dans l’automobile : une mode venue des États-Unis

La fièvre acheteuse qui se déroule le dernier vendredi de novembre, nous y sommes habitués pour acheter des vêtements, de l’électronique ou même de l’électroménager. Mais l’édition 2017 a vu l’apparition d’une grande nouveauté : les offres promotionnelles dans le secteur de l’automobile.
Comme tout le monde le sait, le Black Friday nous vient tout droit des États-Unis. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, le secteur de l’automobile a mis du temps à se convertir au phénomène. Jusqu’en 2010, novembre était un mois moyen pour les ventes de voitures sur le sol américain. Mais depuis maintenant plusieurs années, l’automobile et le Black Friday font bon ménage. Dorénavant, il s’agit même de l’un des week-ends les plus importants pour le secteur. Des constructeurs jusqu’à la petite concession de quartier, tout le monde y va de ses offres promotionnelles. Si les réductions de prix sont les plus courantes, on retrouve aussi des offres plus atypiques : une tablette offerte, une console de salon gratuite ou encore un bon d’achat.
Au-delà des ventes réalisées durant le Black Friday, le week-end est aussi devenu très important pour les essais en concession. Aux États-Unis, cette opération commerciale se veut également pensée dans la durée. Elle se déroule ainsi du dernier vendredi de novembre jusqu’à Noël généralement. Cette période est ainsi l’occasion pour les constructeurs et autres acteurs de l’automobile d’écouler les stocks de modèles qui sont destinés à être remplacés. L’achat d’une voiture ne pouvant pas être aussi impulsif que l’achat d’un vêtement par exemple, les offres promotionnelles sur un mois semblent satisfaire les Américains. Pas étonnant d’ailleurs d’apprendre qu’aux États-Unis, le Black Friday est le deuxième week-end de l’année durant lequel le montant moyen des transactions automobiles est le plus élevé (environ 31 500$ en 2015).

Constructeurs : les premiers acteurs du Black Friday en France

En France, il aura donc fallu attendre plus de 5 ans pour voir le Black Friday s’attaquer au secteur de l’automobile. Alors que les opérations commerciales autour de ce « vendredi noir » étaient relativement isolées l’année dernière, elles se sont démocratisées à l’occasion de l’édition 2017. Ce sont d’ailleurs les constructeurs qui se sont faits le plus remarquer durant ce Black Friday, à l’image principalement de PSA Retail, Renault Retail Group et Toyota.
Les 24 et 25 novembre, PSA Retail a profité du Black Friday pour offrir trois avantages à ses clients : des véhicules d’occasion et de démonstration disponibles immédiatement et à prix coûtant, la TVA offerte pour les prestations d’entretien et des remises sur les pièces de rechange et les accessoires. Parce que le web pourrait devenir la concession du futur, PSA a principalement communiqué sur l’événement via les réseaux sociaux, le ciblage publicitaire géolocalisé et les sites e-commerce.
Du côté de Renault, on a davantage misé sur d’importantes réductions à l’achat. Les promotions étaient de 30% sur la Clio et le Captur, 28% sur la Mégane, 23% sur le Kadjar et même jusqu’à 40% sur certains utilitaires. Même son de cloche chez Toyota puisque le constructeur nippon proposait notamment des remises allant jusqu’à 30% dans les concessions participantes.
On pourra également citer Fiat et Alfa Romeo. Le premier proposait jusqu’à 2 000€ de remise supplémentaire sur ses véhicules en stock, tandis que le second promettait des primes pouvant atteindre 4 700€ pour la Mito et 6 500€ pour la Giulietta.

Des ventes qui concernent tous les acteurs automobiles

Mais si ce sont principalement les constructeurs qui ont organisé les opérations autour du Black Friday, d’autres acteurs s’y sont essayés. On remarque d’ailleurs que ce sont les distributeurs qui ont été les plus actifs sur le plan local durant le week-end du 24 novembre. Afin d’augmenter le trafic en concession et de dégager les stocks, de multiples promotions ont été proposées. Réductions, achat à prix coûtant ou encore cadeau associé : les concessionnaires n’ont pas manqué d’idées pour dynamiser leur Black Friday. Et si la communication traditionnelle a été largement employée pour promouvoir les opérations (flyers, emails, etc.), la concession digitale a aussi eu un rôle important pour informer clients et prospects.
Les centres auto se sont également prêtés au jeu du Black Friday. Afin de créer l’impression d’une offre unique et exceptionnelle, Feu Vert avait notamment mis en place un bandeau sur son site. Celui-ci servait simplement à indiquer le temps restant avant le début des promotions. De son côté, Norauto proposait des bons d’achat par tranche de 100€ ainsi que des ventes flash sur des dizaines d’accessoires (enceintes, plaquettes de frein, amortisseurs, etc.). On pourra aussi citer d’autres acteurs de l’entretien et des accessoires, comme Profil + et Pièceauto24, qui proposaient jusqu’à 23% de réduction sur certains produits ou sur l’ensemble du site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *