À la découverte de la Pop.Up, la voiture qui vole d’Airbus

La Pop.Up d’Airbus, le futur de l’automobile dès à présent

Lors de sa présentation au Salon de Genève en 2017, la Pop.Up d’Airbus est loin d’être passée inaperçue. À mi-chemin entre un véhicule électrique et un drone, cette voiture qui vole bouleverse tout ce que l’on pouvait connaître sur l’univers automobile. Raison pour laquelle elle nous amène à nous poser différentes questions. S’agit-il réellement d’un projet d’avenir ou simplement d’un coup de communication ? Ce véhicule volant va-t-il véritablement révolutionner les déplacements urbains ? Le secteur de l’automobile est-il sur le point de connaître un tournant décisif ? Pour le découvrir, découvrez notre présentation en détails de la Pop.Up d’Airbus.

La Pop.Up d’Airbus, un véhicule futuriste qui a fait sensation au Salon de Genève

La Pop.Up d’Airbus, nous vous en avions déjà parlé à l’occasion du Salon de Genève 2017. Présenté en grande pompe, ce véhicule était l’une des principales attractions de l’événement suisse. Le public s’est en effet pressé pour apercevoir cette voiture qui vole, et ce, même s’il s’agissait non pas d’un prototype mais simplement d’une maquette. Fruit de la collaboration entre Airbus et le studio de design Italdesign, la Pop.Up d’Airbus a séduit tout son monde grâce à son style futuriste et ses possibles fonctionnalités. Il faut dire que les trois différents éléments indépendants qui la composent sont à des années-lumière de ce que le secteur de l’automobile fait actuellement. La Pop.Up d’Airbus est composée d’un drone électrique, d’un châssis avec quatre roues et d’une capsule pour deux personnes. Mais concrètement, comment ce véhicule qui vole devrait fonctionner ?

La Pop.Up d’Airbus : 1 véhicule, 3 modules indépendants

Comme nous l’évoquions plus haut, la Pop.Up d’Airbus est tout d’abord dotée d’un module avec quatre roues alimenté par une batterie électrique. Sa partie supérieure se compose d’un drone à 4 hélices propulsées par l’intermédiaire de 8 turbines électriques. Enfin, cette voiture qui vole embarque une capsule en carbone largement vitrée pouvant accueillir deux personnes. La force de ce véhicule est de pouvoir rattacher la capsule de transport avec l’un des deux modules au choix. Pour un déplacement au sol par exemple, c’est le module terrestre qui se connecte, donnant des allures de voiture électrique à la Pop.Up d’Airbus. Dans une telle situation, le module aérien se déconnecte automatiquement et rejoint la station de recharge la plus proche. Dans le cas d’un trajet effectué dans les airs, c’est l’inverse qui se produit : le drone vient se connecter à la capsule, tandis que le châssis se dirige de façon autonome vers la station. Il ne reste alors plus qu’au module connecté de démarrer pour amener la capsule avec ses passagers à bon port.

Les trajets en autonomie, la raison d’être de la Pop.Up d’Airbus

Mais la Pop.Up d’Airbus ne se contente pas de pouvoir se déplacer au sol ou dans les airs. En effet, ce véhicule futuriste fait de l’autonomie sa raison d’être. Une fois les passagers à bord de la capsule (deux au maximum), ils peuvent utiliser une application pour sélectionner leur destination. En fonction de différents éléments déterminés (état du trafic, météo, coût du transport, etc.), l’intelligence artificielle embarquée va analyser les itinéraires possibles et proposer les meilleurs. Une fois le trajet sélectionné, la Pop.Up d’Airbus prend le relai, sans aucune aide du conducteur. Elle pourra alterner de façon autonome entre son module terrestre et son module aérien afin de réaliser le type d’itinéraire choisi : sur route, dans les airs ou mixte. La Pop.Up pourra ainsi faire office de véhicule électrique particulier, de taxi autonome et de drone. C’est avec ce pari un peu fou que le constructeur aéronautique français compte bien révolutionner nos modes de déplacement.

Pop.Up d’Airbus : projet d’avenir ou simple coup de communication ?

Bien qu’elle ne soit pas sans nous rappeler le film Le Cinquième Élément, dont l’action se déroule dans les années 2260, la Pop.Up d’Airbus ne semble pas incarner le futur de l’automobile pour de nombreux détracteurs. Que ce soit en matière de capacité technologique, de législation (aucune loi n’est actuellement prévue pour réglementer les déplacements particuliers aériens) ou encore de comportement des automobilistes (la population est-elle prête à transformer ses modes de déplacement ?), rien ne semble permettre à ce véhicule qui vole de s’imposer dans l’immédiat. Pourtant, loin d’être un pari un peu fou, la Pop.Up est prise très au sérieux par Airbus. Pour preuve, le constructeur aéronautique prévoit de réaliser des essais de son véhicule d’ici la fin de l’année 2017. L’ambition est notamment de franchir la barre des 100 km/h grâce au module terrestre électrique. L’objectif d’Airbus est d’ailleurs clair : le groupe tricolore souhaite que la Pop.Up s’impose dans toutes les principales villes du monde afin de remédier à l’explosion du trafic routier. Pour cela, leur invention mêlant technologie 100% électrique et transport en co-sharing devra être la norme d’ici 2030. Un projet peut-être pas si insensé que cela, notamment lorsqu’on sait que la voiture autonome ne cesse de se développer, au point de probablement se démocratiser à partir de 2025.

La Pop.Up d’Airbus incarne-t-elle réellement l’avenir des déplacements urbains ou est-elle simplement un coup de communication ? Difficile de trancher pour le moment, étant donné que le constructeur aéronautique n’a présenté qu’une maquette lors du Salon de Genève. Pour autant, le projet semble intéressant et porteur, tout du moins sur le papier. Raison pour laquelle la Pop.Up, cette possible voiture qui vole, sera à surveiller de très près durant les prochaines années. Affaire à suivre donc !

Posted in:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *