2017, l’année de tous les records pour Renault

Alliance Renault-Nissan : premier constructeur mondial au 1er semestre 2017

Après les résultats historiques de Renault en 2016, l’alliance Renault-Nissan a réalisé une performance qui l’est certainement encore plus : elle est devenue le premier constructeur automobile mondial au 1er semestre 2017. L’occasion de nous intéresser de près à cette prise de pouvoir de l’alliance franco-japonaise.

2016 : une année record pour Renault…

La fin de l’année 2016 a permis au groupe Renault (qui se compose des filiales Alpine, Lada, Dacia, Renault Sport et Samsung Motors) de battre tous les records, que ce soit en ce qui concerne le chiffre d’affaires, le bénéfice ou la marge opérationnelle. Pour s’en apercevoir, il suffit de s’intéresser aux objectifs définis en 2011 dans le plan stratégique appelé « Drive the Change ». Pour 2016, celui-ci prévoyait un chiffre d’affaires de 50 milliards d’euros. Au final, le groupe Renault a réalisé 51,24 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016, soit une hausse de l’ordre de 13%. Pour ce qui est de la marge opérationnelle, le plan d’action tablait sur 5%. En réalité, elle est aujourd’hui de 6,4%. Enfin, le groupe tricolore a annoncé un bénéfice net de 3,42 milliards d’euros pour l’année 2016, soit une croissance supérieure à 21%. Cette réussite, Renault la doit à plusieurs facteurs déterminants, tels que le succès de plusieurs de ses modèles phares (Mégane, Clio, etc.), le lancement de nouvelles collections et le dynamisme de différents marchés émergents.
L’ensemble de ces éléments ont permis au constructeur français de commencer l’année 2017 en trombe, comme l’attestent les chiffres publiés pour le 1er semestre 2017. Le groupe tricolore affiche un chiffre d’affaires de 29,5 milliards d’euros, soit 17,3% de progression, rien que pour les 6 premiers mois de l’année. Quant à la marge opérationnelle et au bénéfice net, ils sont respectivement de 1,82 milliard d’euros (+18,1%) et de 2,38 milliards d’euros (+58,5%). Des résultats historiques qui ont grandement joué dans le sacre de l’alliance Renault-Nissan.

… permettant à l’alliance Renault-Nissan de devenir le premier constructeur mondial

En juillet, Carlos Ghosn annonçait que l’alliance Renault-Nissan deviendrait le premier constructeur automobile au monde dès l’été 2017. Le PDG du groupe français ne s’y est pas trompé : selon le Financial Times, Renault-Nissan est le constructeur qui a vendu le plus de véhicules à travers le monde lors du 1er semestre 2017. Au total, ils ont commercialisé environ 5,27 millions de véhicules entre janvier et juin 2017. Volkswagen, indétrônable leader jusqu’à présent, chute à la seconde place avec 5,16 millions de ventes. C’est Toyota qui complète le podium avec 5,13 millions de véhicules écoulés sur les six premiers mois de l’année.
Pour en arriver à ces résultats historiques, l’alliance Renault-Nissan a pu compter sur différents choix stratégiques payants, tels que le rachat d’AvtoVAZ (le premier constructeur en Russie, plus connu sous le nom de Lada en France) et l’entrée de Nissan au capital de Mitsubishi Motors. Si ces opérations avaient été réalisées avant la fin de l’année 2016, Renault et Nissan auraient peut-être même déjà pu devenir le premier constructeur mondial l’année précédente, avec plus de 10 millions d’immatriculations en cumulée (3,2 millions pour Renault, 5,6 pour Nissan et 1 pour Mitsubishi Motors notamment). Plusieurs autres éléments ont joué dans le sacre de l’alliance franco-japonaise, comme par exemple l’équilibre opérationnel retrouvé pour AvtoVAZ à la suite d’une importante restructuration et l’absence de provisions de Nissan sur le 1er semestre. Autant d’éléments qui devraient avoir un impact non négligeable sur le plan stratégique pour 2022.

Alliance Renault-Nissan : des synergies renforcées d’ici 2022

Forte de ces résultats sans précédent et de sa place de leader sur le marché automobile mondial, l’alliance Renault-Nissan pense déjà à l’avenir. Un triple plan pour Renault, Nissan et Mitsubishi devrait ainsi être présenté en octobre 2017. Chaque constructeur dévoilera à cette occasion son propre plan stratégique pour la période 2017-2022 ainsi que les projets communs au sein de l’alliance.
Si peu d’informations ont fuité pour les deux constructeurs nippons, on connaît déjà les grandes lignes du plan de Renault. Carlos Ghosn compte atteindre un objectif pour le moins ambitieux d’ici 2022 : un chiffre d’affaires de 70 milliards d’euros, soit une progression de 40% en seulement 6 années. D’ici là, le groupe tricolore table également sur une marge opérationnelle de 7% (contre 6,4% actuellement). Le retour à la croissance de plusieurs marchés historiques, comme la Russie et le Brésil, permettent au PDG français de rester confiant en l’avenir. Il peut aussi s’appuyer sur sa propre histoire puisque Renault a su augmenter son chiffre d’affaires de plus de 11 milliards d’euros entre 2010 et 2016 grâce à des choix stratégiques payants, tels que la conquête du marché chinois et la refonte de la gamme notamment.
Le plan stratégique global pour 2022 devrait également renforcer les synergies au sein de l’alliance. Cela passera très certainement par l’utilisation de plateformes communes en premier lieu. Ainsi, Mitsubishi pourrait utiliser la plateforme de la Renault Clio V mais également la CMF, celle utilisée pour la Renault Mégane et le Nissan Qashqai par exemple. Le partage d’usines est aussi à l’étude puisque l’alliance franco-nippone semble réfléchir à produire des véhicules Mitsubishi au sein de certains sites Renault. Il ne nous reste plus qu’à attendre octobre pour en savoir plus sur l’avenir de celui qui est d’ors et déjà le premier constructeur mondial.

Grâce notamment à des résultats record de Renault, l’alliance Renault-Nissan a su devenir le premier constructeur mondial au 1er semestre 2017. Une performance historique qui a par la même occasion éclipsé Peugeot qui est devenu le second groupe européen suite au rachat d’Opel. La rivalité entre les deux constructeurs français n’est donc pas prête de s’arrêter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *